Logo pour impression Les aqueducs lyonnais

Les aqueduc lyonnais

Cet ensemble antique, composé des aqueducs du Giers, du Mont d’Or, de l’Yzeron et de la Brévenne, présentait une technologie de syphons développée en nul autre endroit du monde romain. Il parcourait plus de 200 km et formait le plus long réseau après celui de Rome (11 aqueducs sur plus de 450 km). Les nombreux tronçons trouvés et étudiés permettent de mieux comprendre le tracé des ouvrages et les technologies employées. Cependant, on doute aujourd'hui encore des chronologies avancées par les auteurs anciens.

Visite

Vestiges de l'aqueduc du Gier,
rue Roger Radisson © SAVL

Aqueduc du Gier

Date : milieu de Ier siècle apr. J.-C. ou début IIe siècle

Période : Antiquité

Inscription aux Monuments Historiques des vestiges rue Roger Radisson n° 29, 30, 31, en 1964. Classés Monuments Historiques : vestiges conservés dans le fort Saint Irénée, en 1906 ; deux bassins du réservoir d’eau classés (parc archéologique de Fourvière), en 1960.

Cet ouvrage exceptionnel, un des plus grands de Gaule, est hypothétiquement attribuée à Hadrien puis à Agrippa (Armand Desbat). Il parcourait près de 75 km, la plupart du temps en passage souterrain et débitait jusqu’à 25 000 m/jour. Il comprenait 8 tunnels, 30 ponts, 4 siphons, 8 piles de 10 arches sur plusieurs centaines de mètres et atteignait au maximum 15 m de hauteur.

La prise d’eau se faisait certainement à Saint-Chamond (Loire), sur la rivière du Gier, pour alimenter un réservoir de distribution situé au plus haut de la colline de Fourvière. Le trajet s’effectuait sur une dénivellation de 105 m.

L’aqueduc du Gier est recherché par les archéologues Guillaume Marie Delorme et François Artaud au XVIIIe siècle.

136 vestiges ont été retrouvés sur différents sites des départements du Rhône et de la Loire. Les vestiges lyonnais se situent dans le 5e arrondissement.

Visite/adresse

Vestiges lyonnais accessibles au public :

  • rue du Commandant Charcot au Fort Saint Irénée (vestiges du réservoir de chasse de Trion)
  • parc archéologique de Fourvière (réservoir de distribution d’eau)
  • rue Roger Radisson (élévation du départ d’une arcade et ruines des piles)

Aqueduc de l'Yzeron

Date : probablement construit sous l’empereur Auguste (entre 20 et 10 av. J.-C.).

Période :
Antiquité

Inscription partielle aux Monuments Historiques de deux piles en 1982 sur le site de Craponne.

Long de 40 km au total, l’aqueduc d’Yzeron regroupait plusieurs branches pour collecter les eaux, dont celle d’Yzeron, de Vaugneray, de Grézieux et de Mercier. Son parcours final reste inconnu. Son débit atteignait les 13 000 m³ par jour.

La reprise des relevés d’anciens travaux de Delorme et Artaud ont permis de découvrir en 1980 et 1983 deux puits de chute à Grézieux.

Les vestiges lyonnais se situent dans le 5 e arrondissement.

Visite/adresse

Vestiges lyonnais accessibles au public :

  • rue des Farges (vestiges des thermes)

Aqueduc du Mont d’Or

Date : construit peu après la fondation de la cité (43 av. J.-C.)

Période : Antiquité

Cet ouvrage est le plus petit des 4 aqueducs de la région lyonnaise. Il parcourait une distance de 26 km entre Poleymieux-au-Mont-d’Or et le quartier des Minimes à Lyon. Son débit est estimé au maximum à 10 000 m/jour. Il est construit dans une tranchée recouverte de dalles.

L’aqueduc du Mont d’Or a été recherché par Delorme et Artaud au XVIIIe siècle puis par Flacheron et Gabut au milieu du XIXe siècle.

On retrouve de rares vestiges (18) principalement dans les Monts d’Or et à deux endroits dans le 5e arrondissement de Lyon.

Visite/adresse

Aucun vestige lyonnais n’est accessible au public


Aqueduc de la Brévenne

Date : début I er apr. J.-C.

Période : Antiquité

Classés Monuments Historiques : 4 piles sur le site d’Ecully, en 1945 ; réservoir de fuite (sites de Tassin-la-Demi-Lune), en 1986.

Cet ouvrage parcourt 70 km de l’Orjolle à Aveize jusqu’à la colline de Fourvière à Lyon. Il comprend 4 tunnels et un pont canal. Son débit maximum est estimé à 28 000 m/jour.

89 vestiges ont été identifiés sur différents sites du Rhône et de la Loire. Les vestiges lyonnais se situent dans le 5e arrondissement.

Visite/adresse

Vestiges lyonnais accessibles au public :

  • rue du Commandant Charcot, Fort Saint-Irénée (réservoir)